Fortement touchées par la crise économique, certaines universités américaines devraient néanmoins s'en sortir mieux que d'autres : les « for-profit colleges ». Moins chères que les établissements privés « non profit » pour les étudiants, ces universités privées « à but lucratif » sont bien équipées pour faire face à la récession, à l'heure des coupes budgétaires dans les établissements publics. Emplois du temps flexibles, formations en ligne, localisations pratiques et soutien personnalisé... autant d'atouts qui séduisent de plus en plus d'étudiants. Retour sur ce type d'établissement américain particulier, le « for-profit college » en temps de crise, vu de l'ambassade de France aux Etats-Unis (Washington DC). Un texte signé Pascal Delisle, attaché culturel, et sa collègue Isabelle Schöninger.
En 2004, 6.7 % des 17,7 millions d'étudiants étaient inscrits dans un for-profit college. S'ils ne représentent que 6.7 % des étudiants américains, ils accueillent en revanche une proportion substantielle d'étudiants issus des minorités : 16% des étudiants d'origine africaine, 14% des hispaniques contre seulement 4% d'étudiants "caucasiens".
Plus cher que les universités publiques, moins cher que les établissements privés à but non lucratif
Dans un contexte d'augmentation du nombre d'étudiants candidats, de renchérissement des droits d'inscription dans les universités privées non for profit et d'incapacité des universités publiques à accueillir ne serait-ce qu'autant d'étudiants qu'à la rentrée précédente, les for-profit colleges voient d'un bon oeil se profiler la rentrée 2009. A noter : Un rapport plus complet est également disponible sur bulletins-electroniques.com. Suite...

Depressione: università americane "profitto" derivati loro prosperare. Una relazione più completa è disponibile anche on-electroniques.com newsletter. Maggiori informazioni ...