21 septembre 2008

Premier diplôme de doctorat délivré par VAE à l'Université Louis Pasteur

Pour la première fois, l'Université Louis Pasteur a délivré un diplôme de doctorat par le biais de la VAE (Validation des acquis de l'expérience). Le jury réuni ce 18 septembre vient de décerner le titre de docteur en aspects cellulaires et moléculaires de la biologie (spécialité immunologie) à M. André Traunecker. Cette procédure touche de ce fait tous les niveaux de diplôme proposés par l'ULP.
Le doctorat étant un diplôme délivré par l'université, il peut être validé au même titre que tous les autres diplômes par une démarche de VAE. La démarche est, de fait, rarissime pour l'obtention d'un doctorat. L'exigence fondamentale d'une VAE est l'adéquation entre les acquis du candidat et les attendus du diplôme. Il faut donc une grande consistance scientifique en recherche pour prétendre à la validation d'un doctorat. Une exigence remplie par André Traunecker.
Le candidat André Traunecker débute sa carrière scientifique en 1966 dans un laboratoire de chimie. Puis, il s'oriente vers la biologie dans un laboratoire de contrôle toxicologique, où il acquiert les connaissances de bases dans ce domaine. A partir de là, il ne cesse de gravir les échelons, technicien de laboratoire puis ingénieur et assistant de recherche. Il évoluera dans un environnement scientifique exceptionnel, souvent entouré de Prix Nobel, suivra de nombreux cours et séminaires à l'Institut d'immunologie de Bâle pour lequel il a longtemps travaillé. Il est également à l'origine de nombreux brevets, articles et publications, l'une d'entre elles faisant même partie des 100 travaux scientifiques les plus cités au monde en 1988-1989. C'est suite à ce parcours d'une rare densité qu'André Traunecker a sollicité une VAE en vue de l'obtention d'un doctorat en aspects moléculaires et cellulaires de la biologie auprès de l'Université Louis Pasteur.
Вперше Університет Луї Пастера одержав докторський ступінь через VAE (перевірка досвіду роботи). Журі зустрівся 18 вересня тільки присуджено ступінь доктора в клітинних і молекулярних аспектів біології (імунологія спеціальності) Андре Traunecker. Ця процедура, таким чином, впливає на всі рівні кваліфікації, пропоновані ОТП. Детальніше...

Posté par pcassuto à 19:07 - - Permalien [#]
Tags : ,


La Formation dans "Innovations et compétitivité des régions" du Conseil d'Analyse Economique

Rapport de Thierry Madiès et Jean-Claude Prager
L’innovation est devenue l’ « ardente obligation » des autorités publiques dans tous les pays avancés et les objectifs de la Stratégie de Lisbonne sont maintenant un ingrédient incontournable de la rhétorique politique en Europe. Mais selon les points d’étape effectués tous les ans par la Commission européenne, l’Europe semble peiner à combler son retard par rapport aux États-Unis et au Japon alors que les pays émergents en croissance rapide viennent concurrencer ses bases économiques ; les pays comme la France voire le Royaume-Uni ou l’Allemagne par certains aspects, restent à un niveau insuffisant dans la valorisation de leurs ressources.
page 7 : Logiquement, ces recommandations sont organisées autour de l’innovation et de la formation, avec l’exigence de meilleure qualité des universités et des centres de recherche et plus de passerelles vers les entreprises. Il faut « désadministrer » l’innovation, c’est-à-dire mettre
l’entreprise au coeur du processus d’innovation...
page 13 : Troisième conclusion : les rapporteurs considèrent que les autorités publiques doivent jouer en toute hypothèse un rôle important dans la formation et le développement des ressources humaines des régions, car c’est là que réside le facteur le plus déterminant de la capacité d’innover d’un territoire. La présence d’un appareil universitaire d’excellence, reconnu à l’échelle internationale, et la densité de ses relations avec le tissu économique sont les marques distinctives de la dynamique d’une région dans l’économie de la connaissance. La priorité doit donc être accordée au renforcement des universités qui apparaissent comme les moteurs et les catalyseurs du développement des régions, et à la réussite de la mutation de l’appareil universitaire engagée en France en 2007...
page 22 : voir le tableau sur le "taux de formation continue".
Pagsasanay sa "Innovation at competitiveness ng mga rehiyon na" ng Konseho ng Economic Analysis. Ang patuloy na...page 32 : Les données utilisées par le European Scoreboard utilisent un ensemble de sept indicateurs pour décrire les caractéristiques principales de l’innovation dans les régions européennes. Ces indicateurs sont les suivants : le montant des ressources humaines en sciences et technologies, le taux de participation des 25-64 ans à la formation continue, le ratio R&D publique par rapport au PIB de la région, le ratio R&D privée par rapport au PIB, l’emploi des secteurs manufacturiers de moyenne-haute et de haute technologies en pourcentage de l’emploi total, l’emploi des secteurs de haute technologie dans les services (en pourcentage de l’emploi total) et le nombre de brevets déposés par million d’habitants...
page 34 : Ce sont, d’une part, le taux de participation des 25-64 ans à la formation continue (car cette donnée ne tient pas compte de la durée moyenne de la formation qui en est une dimension essentielle, par exemple, une formation en cinq journées étalées dans l’année aura un taux apparent plus élevé qu’un seul stage de cinq jours), et, d’autre part, le nombre de brevets par million d’habitants (qui comporte un biais en faveur de régions comprenant des activités où la tendance à breveter est plus forte, sans compter les distorsions institutionnelles dans les statistiques des brevets)...
page 61 : Le rôle des politiques publiques est donc de développer le niveau de formation de la
population, de renforcer les interactions entre les entreprises et les producteurs de connaissances, et de jouer sur la concentration des activités...
page 76 : Dans un système où les universités et centres de recherche fondamentale trouvent l’essentiel de leurs financements dans des ressources autonomes et spécifiques, l’intervention des autorités régionales peut poursuivre deux objectifs principaux, le souci de l’excellence des établissements de formation et de production de connaissance, et le renforcement de leurs
liens avec l’économie régionale...
page 88 : Les problématiques locales sont variées et les instruments à la disposition des autorités régionales nombreux. Ils vont de la participation au financement de droit commun des universités ou de la recherche, à la formation professionnelle ou à la stimulation de la culture scientifique et technique auprès des jeunes...
page 105 : Les facteurs fondamentaux de localisation des entreprises restent la taille et l’accessibilité des marchés, le niveau de formation de la main d’oeuvre, l’accès aux inputs, la qualité de l’environnement scientifique et technologique et la présence d’un nombre significatif d’entreprises de même nature (Fontagné et Mayer, 2005)...
page 113 : 5.4. Priorité aux ressources humaines et d’abord réussir la réforme des universités
S’il est désormais un point d’accord, c’est celui de la nécessité de l’investissement collectif dans la formation du capital humain, particulièrement avec la mise en place rapide d’universités autonomes et fortes, impliquées dans le tissu économique local, et rayonnantes...
page 162 : À travers les pôles, le gouvernement veut donc inciter de manière nouvelle et forte les entreprises, les centres de recherche et les organismes de formation à travailler ensemble, sur la base de réseaux territoriaux organisés, pour définir des stratégies communes de développement et mener des projets d’innovation...
page 165 : une politique de ressources humaines ancrée dans le lien avec les institutions de formation et une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences nécessaires ;
page 192 : ressources humaines : la formation continue, la qualification fine des emplois...
page 195 : À cette évolution depuis la seule recherche de l’équité territoriale vers la compétitivité des territoires sont associés de nouveaux acteurs : les administrations infranationales, et les
relations privilégiées que ces niveaux de gouvernement peuvent mettre en place avec les entreprises et les centres de recherche et de formation de leurs territoires...
page 232 : Un autre élément déterminant de la concentration géographique de la main d’oeuvre qualifiée est lié aux possibilités locales de formation...
page 246 : Dans une équation de salaire classique, le niveau de formation ainsi que l’expérience peuvent être vus comme reflétant essentiellement les connaissances formelles ou codifiées que détiennent les salariés...
page 251 : Ils mettent tout d’abord en évidence que, même après avoir contrôlé la taille de
l’entreprise et le niveau de formation du salarié, les salariés communiquent, de manière générale, plus en ville qu’à la campagne...
page 276 : La mobilité
requise provient, soit de migrations de la population active (entrées et sorties du territoire), soit de restructurations locales de la main d’oeuvre par apprentissage et formation, mais aussi par migrations de travailleurs entre firmes qui favorisent la dissémination et l’enrichissement des compétences.
page 281 : Les modalités concrètes sont multiples et passent par la mise en place de règles de marché, de structures de formation, de structures de coopération entre firmes ouvertes sur l’extérieur dont l’objet est de favoriser les restructurations internes de manière à éviter aux régions d’être piégées dans des états de croissance faible ou, pire encore, de subir des processus cumulatifs de délocalisation.
page 322 : Signalons cependant que selon Vickerman (2002), « plus les coûts d’opportunité sont
mesurés avec précision, moins les investissements en infrastructure présentent une rentabilité
attractive par rapport à d’autres dépenses d’investissement publiques, notamment dans
le domaine de l’éducation et de la formation, destinées à renforcer le capital humain. ».
page 368 : Les organismes de recherche et de formation, s’ils peuvent être impliqués, ne sont pas directement visés à la différence de la politique des pôles de compétitivité.

Posté par pcassuto à 18:13 - - Permalien [#]
Tags : ,

La formation professionnelle continue dans l’enseignement supérieur : l'accord-cadre régional PACA

Enseignement Supérieur

Depuis 2003, pour favoriser le développement de la formation professionnelle continue dans l’enseignement supérieur, la Région a conclu un accord cadre avec les six universités de son territoire, ainsi qu’avec le CNAM et le CESI.
A ce titre, la Région cofinance la mise en œuvre de trois objectifs structurants de l’activité de formation continue :

  • l’accueil/ l’information des publics prioritaires,
  • l’individualisation des parcours de formation,
  • le développement de la validation des acquis de l’expérience.

Le public bénéficiaire :

  • Principalement les demandeurs d’emploi qui ont interrompu leurs études depuis plus de 12 mois.
  • Egalement, dans un second temps,  les publics en promotion sociale, dont parmi ceux-ci prioritairement les salariés en situation précaire et les femmes isolées.

Pour ces publics éligibles qui intègrent une formation cofinancée par la Région, le principe de gratuité est réaffirmé.
L’objectif : Est visée prioritairement l’acquisition d’un premier diplôme universitaire national à dimension professionnelle, dans une optique de retour à l’emploi.
Près de 400 formations, du niveau IV (DAEU) à I (Master 2) sont ainsi offertes dans les six universités :

  • Université Paul Cézanne Aix-Marseille III,
  • Université de la Méditerranée Aix-Marseille II,
  • Université de Provence Aix-Marseille I,
  • Université de Nice Sophia Antipolis,
  • Université du Sud Toulon Var,
  • Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.  

Quant au Conservatoire National des Arts et Métiers de Provence-Alpes-Côte d’Azur, le programme d’activités propose l’accès à 50 certifications dans 10 domaines de spécialités différents :

  • mathématiques et sciences ;
  • spécialités pluritechnologiques de la production ; 
  • transformations ;
  • génie civil, construction bois ; 
  • mécanique, électricité, électronique, échanges et gestion ;
  • communication et informatique ;
  • services aux personnes ;
  • services aux collectivités.

Les formations supérieures financées par la Région dans le cadre de la formation continue sont présentées sur le site d'Espace Compétences.

Cliquez ici !

Formazione professionale continua nel settore dell'istruzione superiore: l'accordo quadro regionale PACA. L'obiettivo: Essa comprende in primo luogo l'acquisizione di un primo diploma universitario dimensione nazionale, al fine di tornare al lavoro. Quasi 400 corsi, livello IV (DAEU) a I (Master 2) sono disponibili in sei università. L'istruzione superiore finanziati dalla Regione come parte della formazione sono presentati sul sito web della Zona di competenze.

Posté par pcassuto à 17:16 - - Permalien [#]
Tags :

Apprentissage : première répartition régionale

Une première enveloppe de 650 millions d'euros va être répartie entre les régions françaises au titre de la contribution au développement de l'apprentissage (CDA), d'après l'arrêté du 23 septembre 2008 paru au Journal officiel du 10 octobre 2008. C'est la loi de finances de 2005 (loi du 30 décembre 2004, publiée au Journal officiel du 31 décembre 2004) qui a institué cette contribution au développement de l'apprentissage au profit des régions. Elle était destinée à remplacer progressivement, sur trois ans (2005, 2006 et 2007), la dotation budgétaire qui leur est versée au titre de l'apprentissage. Elle constitue une taxe additionnelle à la taxe d'apprentissage. Objectif : conférer aux régions une ressource propre en matière d'apprentissage en lieu et place de deux dotations budgétaires, qui représentaient 594 millions d'euros en valeur 2005. Cette contribution est reversée aux fonds régionaux de l'apprentissage et de la formation professionnelle continue. Due par les personnes ou les entreprises redevables de la taxe d'apprentissage en fonction des salaires 2007, elle est calculée sur un taux de 0,18% de la masse salariale. Chaque région reçoit une part de cette contribution en fonction de la structure et du niveau de qualification de la population active, ainsi que de la capacité d'accueil de l'appareil de formation existant. Dans le cadre de cette première répartition, 650 millions d'euros vont être distribués aux 26 conseils régionaux. Les régions qui vont recevoir les plus gros montants sont l'Ile-de-France (91,5 millions d'euros), Rhône-Alpes (48 millions), Provence-Alpes-Côte-d'Azur (44 millions) et Pays-de-la-Loire (36,7 millions). A l'inverse, celles qui reçoivent une proportion plus modeste de la contribution au développement de l'apprentissage sont les régions Limousin (7,4 millions d'euros), Guyane (4,9 millions) et Corse (3,9 millions). Une deuxième répartition doit être effectuée entre les fonds régionaux de l'apprentissage et de la formation professionnelle continue avant le 31 décembre 2008. Source : http://www.localtis.info/. Arabic.

Posté par pcassuto à 00:46 - - Permalien [#]