02 septembre 2008

Formation professionnelle : syndicats et patronat veulent garder la main

PARIS (AFP) - Syndicats et patronat ont ouvert mardi la négociation sur la réforme de la formation professionnelle en réaffirmant l'autonomie des partenaires sociaux sur le calendrier et les sujets à aborder, face au gouvernement qui les presse de conclure. Le gouvernement souhaite que cette négociation interprofessionnelle s'achève dans trois mois, en préalable à un projet de loi qu'il veut présenter avant la fin de l'année. Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, qui a annoncé lundi une forte hausse (41.300) du nombre de demandeurs d'emploi pour le mois d'août, a ainsi appelé à "accélérer le calendrier de la réforme".
La formation professionnelle, thème d'un rapport de la Cour des comptes qui sera publié mercredi, représente 25,9 milliards d'euros, soit 1,5% du Produit intérieur brut (PIB), dont 10,5 mds d'euros venant des entreprises, 4,4 mds de l'Etat, et 3,2 mds des régions (selon un dernier bilan datant de 2005). Une partie de ces fonds est gérée par les partenaires sociaux. "On a bien compris le message du gouvernement. Qu'on nous laisse travailler", a demandé Stéphane Lardy (FO), avant d'entrer en négociation. Regrettant un "discours de culpabilisation des partenaires sociaux", Annie Thomas (CFDT) a jugé que neuf pages de document d'orientation envoyés par le gouvernement aux négociateurs, "c'est beaucoup". "On va indiquer à l'Etat si cela nous convient, et s'il y a des points à rajouter", a-t-elle précisé.
Le gouvernement demande aux partenaires sociaux de négocier sur la contribution obligatoire imposée aux entreprises pour financer la formation des salariés, mais aussi sur la "spécificité des PME et TPE", qui ont souvent plus de mal à former leurs salariés. Ils doivent aussi négocier sur "un mécanisme de sécurisation" à destination de publics prioritaires, comme "les primo-entrants sur le marché du travail" ou les "actifs (salariés et demandeurs d'emploi) qui ont besoin d'une remise à niveau de leurs compétences", ou encore sur "un droit à la formation différé" pour les jeunes sortis du système scolaire sans qualification. "Nous ne sommes pas dupes des enjeux" et de "l'approche quasiment financière" que le gouvernement a de la formation professionnelle, a insisté Thierry Le Paon (CGT). Selon lui, il voit "d'un bon oeil la formation professionnelle car cela lui permet de ne pas augmenter les impôts pour sa politique de l'emploi".
Jean-François Pilliard (Medef), porte-parole de la délégation patronale, a souligné que la conjoncture devait "appeler à la réactivité", tout en souhaitant que les partenaires sociaux puissent "travailler en personnes responsables". Tous ont souligné que cette négociation partait "d'acquis importants" avec l'accord interprofessionnel de 2003, signé par tous les partenaires sociaux et qui avait notamment mis en place le droit individuel à la formation (DIF). "Il y a des choses à améliorer, comme l'accès à la formation dans les PME et TPE, et de manière générale pour tous les salariés en déficit de formation", a reconnu M. Lardy. Une majorité de Français (58%) déclare ainsi n'avoir jamais suivi de formation continue, selon un sondage Infraforces/Chambre de commerce et d'Industrie de Paris (CCIP) publié mardi.
"Il reste des questions à résoudre sur ceux qui sont le plus éloignés de la formation, et sur les contrats de professionnalisation et leur ouverture aux publics les plus fragiles", a ajouté Annie Thomas. Cette négociation doit "apporter au dispositif une réelle simplification" entre les différents acteurs de la formation professionnelle, selon M. Pilliard. Par Cécile AZZARO et Simon VALMARY AFP - Mardi 30 septembre.
व्यावसायिक प्रशिक्षण: ट्रेड यूनियनों और नियोक्ताओं के हाथ में रखना चाहते हैं. संघों और नियोक्ता मंगलवार को अनुसूची और विषयों पर सामाजिक भागीदारों की स्वायत्तता reaffirming में व्यावसायिक प्रशिक्षण के सुधार पर व्यापार को प्रेस विज्ञप्ति जारी की है कि संपन्न सरकार को संबोधित करने के लिए खोल दिया है. सरकार ने कहा कि बातचीत interprofessional तीन महीनों में पूर्व वह वर्ष के अंत से पहले लागू करने के लिए चाहता है एक बिल को समाप्त होता है उम्मीद है. सचिव राज्य के रोजगार के लिए Laurent Wauquiez, जो सोमवार को एक मजबूत वृद्धि (41300) अगस्त के महीने के लिए बेरोजगारों की संख्या की घोषणा की, "सुधार के लिए समय को तेजी" के लिए बुलाया है. और...

Posté par pcassuto à 23:43 - - Permalien [#]
Tags :